La Bolivie est une destination idéale pour les touristes à la recherche de dépaysement. Madidi est une adresse de choix pour débuter les séjours Bolivie. Ce parc national est localisé entre les provinces Iturralde et Franz Tamayo, au nord-ouest du territoire, dans le département de La Paz.

Avec ces 1 700 000 ha, il abrite une large variété de biodiversité. Parmi les espèces protégées, il y a le titi brun et roux ou Callicebus aureipalatii, une nouvelle espèce de primates récemment découverte en 2004 par le docteur Robert Wallace. Mis à part ce singe, on y recense également 1 370 vertébrés, dont le puma, le jaguar, le cerf andin, le pécari à collier, la loutre géante, l’ocelot, etc. Cette réserve est aussi un véritable paradis pour les ornithologues, car plus de 1000 espèces d’oiseaux tropicaux y trouvent refuge. On peut citer entre autres, l’aguila crestuda, l’harpia, le tunqui, le paraba roja ou encore la Grallaria erythrotis. Cette dernière est menacée d’extinctions. Le moyen le plus efficace pour explorer les lieux reste la randonnée pédestre. À noter que ce site est accessible par les voies routières depuis Rurrernabaque à l’est, Pelucho et Apolo, au sud et Tumpasa au nord-est. Pour arriver rapidement sur place, la ville de Rurrenabaque est un excellent point de départ. Les routes ne sont pas goudronnées alors, il vaut mieux prendre un 4×4.

Bolivie

La visite du parc national de Carrasco

Le parc national de Carrasco est un must-do de ce voyage à la carte. Ce site est localisé dans la cordillère orientale des Andes, à l’est du département de Cocachamba. À l’ouest, il marque la zone limitrophe avec le parc Amboro. Avec une superficie de 6 226 km², il abrite plusieurs espèces de plantes, dont la Kewina, la waycha, les orchidées, les fougères arborescentes, le Mara, le cèdre… À titre d’information, quelques ethnies de l’Amazonie bolivienne vivent encore aux dépens de mère Nature dans cette réserve, notamment les Yuracarés. Par ailleurs, des circuits sont proposés aux vacanciers pour faciliter la visite. On peut citer celui du sanctuaire de la vie sylvestre qui fait 1,4 km de long. Durant cette randonnée, les bourlingueurs auront l’occasion de découvrir les cavernes du Repechon. Elles sont le refuge du célèbre Guaracho, un oiseau végétarien et des chauves-souris. Seules 30 personnes/ jour peuvent effectuer cet itinéraire et le montant à payer est de 5 Bs pour les Boliviens et 10 Bs pour les étrangers. Outre la balade à pied, d’autres activités sont faisables sur place comme le camping, le canoë, la pêche à la truite, etc.

La visite de la ville de Sucre

Après la découverte du parc national de Malidi et de Carrasco, les aventuriers peuvent mettre le cap à Sucre. Cette localité historique est située au sud-ouest de l’État, dans le département de Chuquicasa, au pied des collines de Sica Sica. Il s’agit de la première capitale bolivienne abritant la Cour Suprême du pays. Elle a été édifiée le 25 septembre 1539 et inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1991. Cette ville attire les touristes pour ses nombreuses constructions aux murs blancs qui embellissent le paysage. Pendant leur escale à Sucre, les globe-trotters auront la possibilité de visiter le musée de la Recoleta où sont exposées des œuvres d’arts datant du XVI et du XXème siècle.